N'hésitez pas à consulter régulièrement l'agenda qui se trouve dans l'onglet "AGENDA". Vous y trouverez tous les dates et les horaires des cours organisés, des fermetures de la piscine, des fosses, des sorties,...

Ceinture et bretelles

Les oursins sont formidablement armés pour se défendre. A l’instar des hérissons, ils sont en effet couverts d’aiguilles, souvent très aigues qui peuvent se planter facilement dans le cuir le plus coriace, comme celui des plongeurs (malgré le néoprène qui le recouvre) !

Pourtant, dans l’éternelle lutte entre l’arme et le bouclier, cette protection ne suffit pas toujours à se protéger des prédateurs dont certains se moquent des piqures et croquent au final le délicieux échinoderme.

Ainsi, certains oursins tropicaux, comme l’oursin-cuir de mer Rouge (Asthenosoma marisrubri) ou l’oursin-fleur (Toxopneustes pileolus), ont renforcé leur système classique de défense en se dotant en plus de la possibilité d’inoculer une toxine lors de la piqure. Il ne s’agit donc plus de dissuasion, mais de véritable guerre chimique pour non seulement décourager, mais aussi empoisonner l’assaillant.

Le test qui forme le corps de l’oursin-fleur est couvert de podia, des tentacules extensibles permettant de se déplacer ou de capturer des proies et de piquants courts rose ocre à pointe blanche, destinés à la défense et à la locomotion. Il porte aussi des pédicillaires en forme de fleurs à trois pétales soudés dont la corolle est blanche à rose pâle et le cœur violet. Ces pédicillaires sont équipés de trois dents liées à une glande à venin.

Les oursins toxiques vivent dans les lagons, les herbiers et les baies abritées, sur fonds sablonneux. Ils se camouflent en se couvrant de débris coralliens, dont ils se débarrassent en période de reproduction pour permettre l'émission des gamètes. Leur venin est très toxique, c'est le plus puissant de ceux qu'on peut trouver chez les échinodermes. Il est potentiellement mortel pour l’homme chez les sujets fragiles.

Alors attention où vous posez les mains.